• slider_10.jpg


De 1889 à 1955

Mr. José Miguel de Barandiarán est né le 31 Décembre 1889 à Ataun (Guipúzcoa).

Il étudia humanités au Préceptorat de Baliarrain (Guipúzcoa) ainsi que philosophie et théologie au Séminaire Conciliaire de Vitoria.

L´été de 1913, il assista aux cours que le Professeur Wundt, auteur de l´oeuvre VOLKERPSYCHOLOGIE, donna à l´université de Leipzig. L´aide et méthodes de ce professeur ont marqué l´orientation de ses recherches anthropologiques et ethnographiques postérieures.

Il est ordonné prêtre à la fin de 1914 et obtient la licence de Théologie à l´Université Ecclésiastique de Burgos en 1915.

En 1916, il publia dans la revue EUSKALERRIAREN ALDE, parue à San Sebastián, son premier travail intitulé « Ataun au Moyen Age ».

En tant que professeur au séminaire de Vitoria, il prononça le discours d´inauguration du cours 1917-18, utilisant comme sujet la préhistoire basque. Grâce à la publication de ce discours, Barandiarán entra en contact avec l´éminent préhistorien français Henri Breuil et par l´intermédiaire de celui là, il contacta le préhistorien allemand Hugo Obermaier.

Pendant cette même année de 1917, il avait entré en contact pour la première fois avec celui qui deviendrait son précepteur, le Dr. Aranzadi, professeur à l´Université de Barcelone à cette même époque. José Miguel de Barandiarán, le Dr. Aranzadi et le Dr. Eguren, professeur à l´université d´Oviedo, forment ainsi une équipe d´archéologues qui travaillèrent 20 années ensemble, jusqu´à 1936.

En 1922, Barandiarán et le professeur Aranzadi voyagent par presque toute l´Europe, visitant des musées et institutions à Paris, Cologne, Mayence, Munich, Leipzig, Berlin, Hollande, Aix-la-Chapelle, Tilburg.

Dans cette dernière ville hollandaise, il présente en décembre son rapport sur La Religion des Anciens Basques au Congrès International d´Ethnologie Religieuse.

En 1926, il est nommé recteur du séminaire d´Aguirre et vice-recteur du séminaire conciliaire. D´après son ami et collaborateur Mr. Manuel de Lekuona, Barandiarán a été le grand inspirateur d´une réforme radicale dans le sens scientifique, des études du séminaire de Vitoria et dans un sens plus large, des études basques, favorisant les sciences naturelles et anthropologiques.

En 1929, il voyage de nouveau avec le Dr. Aranzadi, visitant des sociétés et instituts anthropologiques à Barcelone, Lyon, Genève, Berne, Zurich, Vienne, Innsbruck, Lucerne, Interlaken et Bordeaux.

Dans la période comprise entre 1917 et 1936, José Miguel de Barandiarán réalise, en compagnie des docteurs Aranzadi et Eguren, des fouilles archéologiques systématiques de l´ensemble du Pays Basque : dolmens d´Aralar (1917), Aizgorri (1918), Ataun-Burunda (1919), Altzania (1920), Encia and Elosua Placencia (1921), Belabieta et Urbasa et les grottes artificielles de Santimamiñe (1924,1925 et 1931), Lumentxa en 1925, grottes d´ Ermittia ainsi que d´autres en Guipúzcoa (1924 et 1927), Bolinkoba (1933), Urtiaga-itziar (1936).

En 1931, il publia l´oeuvre Brève Histoire de l´Homme Primitif, parmi les travails qu´il était en train de publier dans le « Anuario de Eusko Folklore » (Annuaire d´Eusko Folklore).

En 1934, il publie en euskera et espagnol son oeuvre de synthèse : L´Homme Primitif du Pays Basque.

En 1935, il est nommé membre du conseil permanent du Congrès International d´Anthropologie et Ethnographie, à Londres.

En 1939, il participe au Congrès International d´Anthropologie à Copenhague avec une conférence sur Les Anciennes Religions des Basques.

Comme résultat de la guerre civile, il habite de 1936 à 1953 dans le département des Bas Pyrénées et en 1942, il se rend au village de Sara.

En 1946, Barandiarán créa l´Institut Basque de Recherches appelé Ikuska et commença à publier un bulletin des recherches réalisées appelé aussi Ikuska.

En 1947, il est nommé directeur de la « Sociedad Internacional de Estudios Vascos ». A la publication de cette société, Eusko Jakintza, participent les experts européens plus renommés dans le domaine des études basques.

Durant la période comprise entre 1946 et 1950, Barandiarán participa intensément à des Congrès et Conférences Internationales : Londres et Oxford (1946). Paris, Congrès d´Archéocivilisation (juillet 1947), Musée de l´homme (septembre 1947), Paris (1948), Bruxelles (1948), Bruxelles (1949).

En 1953, il retourne au Pays Basque et donne une conférence sur L´Etat Actuel des Etudes Basques à l´université de Salamanca, acceptant ainsi l´invitation de son recteur, le professeur Tovar.